Quand la politesse rencontre le consentement… #lesmotsiceberg #4

Publié sur 7 Commentaires 5 min. de lecture

Cet enfant n’a pas voulu poser pour la photo. Et c’est ok, c’est son droit. Cela m’a fait penser à l’histoire du bisou pour dire bonjour et j’avais donc envie de parler aujourd’hui de politesse et de consentement. S’est-on déjà offusqué que votre enfant refuse de faire un bisou pour dire bonjour ?

Scène typique d’un dimanche midi : c’est repas de famille avec quelques membres que Pierre ne voit qu’une à 2 fois par an, et d’autres qu’il ne rencontre aussi qu’à maille mensuelle voire plus rarement.

« Oh bonjour mon petit Pierre! » dit un membre de la famille avec enthousiasme en s’approchant vers mon fils pour l’embrasser. Là se crée souvent la même réaction : Pierre (ayant dit bonjour de vive voix à son entrée dans la pièce) s’accroche à ma jambe ou celle de son père et sourit gêné, se cache et ne veut ni donner, ni recevoir ce bisou de courtoisie. À cette réaction, arrière-Papi avec le sourire et partant d’une bonne attention, a tendance à prendre Pierre par le bras pour forcer la bise qu’il désire recevoir mais l’effet n’est pas celui attendu et au contraire, mon fils se débat, crie qu’il ne veut pas… 

Comme on part de très loin côté psychologie de l’enfant avec certaines générations antérieures, il a le droit à « oh t’es pas beau! T’es un vilain! », jusqu’à ce que les regards noirs soient ensuite portés sur sa mauvaise mère (coucou, c’est moi!) lorsque je précise ostensiblement à mon fils qu’il a le droit de ne pas vouloir faire ou recevoir un bisou mais qu’il peut dire bonjour et faire un signe de la main pour signer qu’il est arrivé et montrer qu’il a salué tout le monde

Oh my god, qu’est-ce ce nouveau mode d’éducation avec lequel mon fils est voué à être malpoli toute sa vie ?! 😁

Du bon usage de la politesse ?

Je pense qu’il faut rappeler que la politesse se comprend avant de s’apprendre et qu’elle est un code social que les enfants comprennent au fil des années, en murissant. Ainsi, le bisou pour les adultes est un signe de bonne manière pour saluer une personne relativement proche quoique c’est un phénomène assez français. Les Américains par exemple sont assez surpris de toutes nos embrassades tandis que d’autres peuples préfèrent se saluer mains jointes pour dire bonjour. 

Dans notre culture, le bisou peut servir à dire bonjour entre adultes tandis que pour les enfants, le bisou est avant tout une manifestation spontanée de l’amour qu’on porte à autrui, ils le voient comme une marque d’affection. Je trouve donc inacceptable de forcer mon enfant à embrasser quelqu’un. Ce serait l’obliger à simuler de l’affection qu’il n’éprouve pas spontanément, sur l’instant. Moi-même, il m’est arrivé que des enfants ne veuillent pas me faire la bise, et c’est ok. Je suggère le bisou mais abdique vite si l’enfant ne souhaite pas m’en faire ou recevoir le mien. Je trouve tout à fait poli et civique qu’un enfant me dise bonjour de vive voix, seulement. 

Bien sûr, si mon enfant disait devant tout le monde « je ne veux pas faire de bisou à untel parce qu il pue ou car j’ai peur de ses yeux » ou autre, je le reprendrais en lui expliquant que ce qu’il dit peut être blessant, etc..

Nous sommes encore au repas de famille cité avant, ma mère m’assène « ah bah ta sœur et toi avez toujours dit bonjour! Il a même fallu t’arrêter à certaines personnes car t’aurais fait un bisou au comptable à la maison! »… Tiens, tiens, venons-en au sujet du discernement. J’imagine que si le bisou auprès des membres de la famille est présenté comme une injonction (ou même dans certaines familles comme une chose à faire sous peine de récompense ou punition), il va de soi qu’à moins de 5 ou 6 ans, on ne sait pas distinguer si on doit le faire à un parfait inconnu qui nous offre un bonbon dans la rue comme au parrain qu’on ne voit qu’une fois par an.  

Un contact corporel tel que le bisou nécessite le consentement, à tout âge !

Si on transpose la situation à des adultes, on ne voit jamais un adulte forcer un autre, son conjoint par exemple, à faire un bisou à un autre adulte, ni même le traiter de vilain s’il n’obtempère pas! Alors pourquoi le faire avec un enfant ? Est-ce un mini-humain avec des mini-droits ? Je ne crois pas. C’est de l’adultisme pur et dur. Quelle est cette habitude de forcer le contact physique sous prétexte que ce sont des enfants (bordel de merde! Oups, la politesse) ?!

D’ailleurs, dire à un enfant qu’il est moche ou méchant parce qu’il ne fait pas de bisou, c’est (inapproprié, oui oui) lui coller une étiquette d’ « enfant mal-élevé » et ainsi l’enfermer dans son comportement tel une prophétie ! D’ailleurs, l’acharnement d’Arrière-Papi à vouloir un bisou fait souvent dire à Pierre des « caca prout » alors qu’au départ, mon garçon avait dit bonjour.  

Dans notre société actuelle, sauf si vous habitez dans une grotte, ça ne vous a pas échappé qu’on parle beaucoup de harcèlement sexuel et de tous ces cas où des femmes et des enfants ne sont pas écoutés  quand ils disent « non ». Comment enseigner à nos enfants le respect du consentement et de leur corps si on fait fi de leurs protestations à ne pas vouloir être embrassés? Surtout quand les statistiques révèlent que beaucoup d’abus sexuels sur mineurs ont lieu au sein du cercle proche de l’enfant. Si mon Papi lisait ça, peut-être s’écrirait-il « si je réclame un bisou de mes petits-enfants, je suis incestueux maintenant?! » mais on est d’accord que ce n’est pas ce que j’ai dit ni essaie d’expliquer, hein ?! Je pense que forcer mes enfants à embrasser quelqu’un contre leur gré peut les rendre vulnérables, par exemple en ne refusant pas à l’avenir un contact physique par peur de déplaire. 

Je préfère apprendre à mes enfants que leur corps leur appartient (et j’essaie de le faire de plus en plus tôt dans d’autres situations : les autonomiser pour s’essuyer, se laver…) et qu’embrasser n’est pas une obligation de façon à intégrer dès le plus jeune âge, cette culture du CONSENTEMENT. 

De cette façon, on a peut être une chance que plus tard, nos filles, ces femmes de demain, évitent des violences obstétricales en sachant énoncer (et faire entendre) un simple NON, qu’elles sachent dire non à un gynécologue (ou une sage-femme) qui entreprendrait des travaux de couture sur leur périnée ou l’invasion de leur utérus sans prévenir, non ?! 😉

Et toi, as-tu déjà vécu cette situation en tant que parent ? T’en souviens-tu étant enfant ?

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 Commentaires
  • Marion
    juillet 15, 2020

    Bonjour Justine.
    Ce que tu dis est tout à fait vrai! La politesse et le consentement sont deux notions importantes à transmettre à nos enfants.
    Je suis assez choquée qu’en 2020, on assiste encore à ce genre de scène. C’est fou!

    Mes enfants, du moins mon ainé de 5 ans.. le 2e ayant 6 mois ^^, et nous même leurs parents, n’avons jamais eu à subir une bise forcée ou autre! Heureusement !
    J’ai toujours entendu mes parents dire qu’il fallait être poli oralement et n’accepter le contact physique que si on en ressent le besoin.
    C’est peut-être une question de tradition familiale, de modèle d’éducation et/ou de « milieu social » je ne sais pas.

    J’espère que ton article fera écho..
    Au delà de la situation gênante que cela crée pour tout le monde ; j’essaye d’imaginer le ressenti d’un petit garçon qui a dit bonjour mais qui se fait tout de même « agresser » verbalement et physiquement… C’est cruel.

    J’adore toujours autant tes articles! C’est un plaisir de te lire.

    Marion

    • Justine
      juillet 15, 2020

      Coucou
      Pour parler du bébé de 6 mois, on en parle de toutes ces personnes plus ou moins proches qui veulent embrasser le nourrisson dès l’intérieur de la maternité ?! lol… Bouh !

      merci Marion pour ton commentaire.
      Tu as de la chance, j’ai observé cette situation dans nombreux cercles familiaux, avec nombreux enfants !

      bises

      Justine

      • Marion
        juillet 26, 2020

        De mon côté, la grande prématurité de mon bébé qui est sorti tout pile de la réanimation pédiatrique le jour du confinement puis les semaines de confinement lui ont évité les fameuses mains baladeuses, caresses ou rapprochement de poussette.
        Et je suis devenue psycho rigide avec ça. Je crois que les gens le sentent ou n’osent pas vu son passif médical et le contexte actuel

        J’ai lu les commentaires sous ton post Insta et sous ton article… en effet C’est courant ces pratiques. C’est une aberration.

        C’est comme les « fini ton assiette » coûte que coûte avec des réflexions « il y a des enfants qui meurent de faim dans le monde » ou « tu vas pas grandir ».
        Et après on se demande pourquoi de nombreux adultes ont une relation malsaine à la nourriture, mangent sans écouter leurs corps..
        Ça pourrait être un sujet d’articles!

        Bonnes vacances Justine.

  • Nathanaëlle
    juillet 16, 2020

    Bonjour Justine,

    Quel beau texte. Il devrait être lu par beaucoup de personnes (et les générations précédentes aussi…)
    Je suis entièrement d’accord avec vos propos. Etant maman d’une fille de 3 ans, je comprends parfaitement qu’il ne faut pas obliger les enfants à embrasser tout le monde, et de mon côté, ne réclame jamais de bisous de la part d’autres enfants (peut-être lié à un traumatisme enfantin). Dire bonjour et saluer est déjà le principal. Bon ceci dit, en cette période, il est plus facile de dire que les bisous ne sont pas nécessaires.

    Nathanaëlle

    • Justine
      juillet 19, 2020

      Bonjour Nathanaëlle ! Effectivement, le COVID fait prétexte en ce moment… ;)

  • Nathalie
    juillet 19, 2020

    Bonjour, je partage votre opinion qu’on ne force pas un enfant à faire la bise…ça me fait sourire car je suis française, mais mon mari et mes fils canafiens( français aussi) mais élèves au Canada..ici la bise n’existe pas, ou alors entre enfants et parents…ici c’est le hug, l’accolade, personnellement pas mon truc…alors lors de nos séjours en France mes fils sont étrangers au concept de la bise..ils le font car à 16 et 17 ans, ils comprenant c’est comme ça en France..ils le faisaient plus petits aussi, mais mon fils de 16 n’aime pas l’accolade et je ne l’ai jamais forcé…je pense que les enfants ont aussi un 6 eme sens et il y a des personnes qui ne les inspire pas !? Enfant timide on ne m’a pas forcée alors même topo pour les miens,,on ne force pas un adulte à serrer la main, alors pourquoi forcer un enfant..après dire merci et s’il vous plaît, c’est autre chose..mais un enfant qui n’aime pas faire la bise et bien c’est comme ça..la vieille génération n’était pas toujours très psychologue!? Bref , sujet intéressant!!

    • Justine
      juillet 21, 2020

      Bonjour et merci pour votre retour d’expérience ;)
      bien à vous
      Justine