Sérendipité, ou pourquoi les enfants sont-ils fondamentalement heureux ?

Publié sur 0 Commentaire 3 min. de lecture

J’aime beaucoup ce mot : sérendipité. Il fait partie des mots que l’on m’a donnés pour #lesmotsiceberg. Nous sommes donc sur le 3ème mot iceberg suggéré ici. 

« La sérendipité est, au sens strict original, la conjonction du hasard heureux qui permet au chercheur de faire une découverte inattendue d’importance ou d’intérêt supérieurs à l’objet de sa recherche initiale, et de l’aptitude de ce même chercheur à saisir et à exploiter cette « chance ». » 

Selon beaucoup de dictionnaires en ligne, la sérendipité est présentée comme un art, celui de faire une découverte par hasard. Au-delà des sciences, je pense qu’il s’agit sûrement de l’art le mieux maîtrisé des enfants! Au quotidien, j’ai souvent le sentiment de vivre avec des chercheurs, des explorateurs qui, par leur ouverture d’esprit, cultivent cette faculté à rencontrer l’heureux hasard, chaque jour, dans chaque coin. Leur moteur de vie est celui-ci : observer les grands, s’imprégner de leurs gestes et de leurs dires, puis cheminer… Ils cheminent pour faire des trouvailles qui leur apprennent quelque chose de nouveau, décelant ainsi de nouveaux points de départ pour de nouvelles découvertes, chaque jour. Juliette et Pierre sont en plein là-dedans, chacun à des âges différents (20 mois et demi et presque 5 ans). Je fonds d’amour à les contempler grandir !

La découverte de ce nid de moineau, construit dans leur cabane à leur insu, m’a inspiré ce post. Un samedi on a vu le nid et le lendemain, il y avait un œuf. Le surlendemain, nous en avons vu un second, et le jour d’après, le troisième. L’émerveillement dans les yeux de Pierre à la vue de ces œufs minuscules était beau à voir. Des dizaines de questions ont suivi cette découverte à laquelle on se s’attendait pas et à mon tour, j’ai partagé avec lui ce plaisir de la découverte fortuite. Je me suis surprise à espérer chaque jour découvrir quelque chose de nouveau et ainsi, laisser chaque soir, la porte de la cabane ouverte pour que Maman Moineau vienne poursuivre sa couvée. 

À mon sens, je trouve que l’enfant par son état d’esprit ouvert et positif, par sa quête d’apprentissage, cultive la sérendipité au quotidien et je l’envie. Son caractère est en analogie avec celui d’un chanceux: les enfants sont optimistes et n’abandonnent pas leur quête. S’ils abandonnent, c’est par leur propre déduction, par l’apprentissage de leurs erreurs, mais ne vous mettez pas au travers de leur chemin d’exploration, vous vous heurterez à une vive tempête! 

Je le répète souvent mais en tant que parent, on croit souvent avoir tout à apprendre à nos enfants tandis que je déduis régulièrement que c’est eux qui nous élèvent, nous tirent vers le haut. On aimerait, nous adultes, avoir tant d’heureuses surprises chaque jour, que la chance survienne au quotidien… Dans la vie, est-ce que les heureuses trouvailles nous tombent dessus comme ça, ou est-ce qu’on peut provoquer la sérendipité ?

Comme nos enfants, j’essaie d’avoir des intentions (positives) sans fatalisme : tout en gardant un état d’esprit ouvert à l’imprévu, je pense qu’il faut avoir un but précis et le suivre, avec toute la sincérité que les enfants impliquent dans leurs quêtes. Le but de Pierre est de voir éclore les œufs alors chaque soir, il laisse la porte de la cabane ouverte…

Comme nos enfants, j’essaie d’être plus ouverte : l’ouverture à la nouveauté est une ressource fondamentale chez le petit enfant. Le jeune enfant n’a pas de croyances limitantes, il ne se bride pas et suscite ainsi la probabilité d’occurence d’heureux hasards. 

Comme nos enfants, j’essaie de ne pas réprimer mon intuition, de me faire confiance : en grandissant, on gagne en raison mais il y a cette intuition, cette petite voix intérieure qu’il faut laisser subsister et qui, je trouve, aide à la créativité. Très souvent, nous sommes conditionnés par ce que les autres attendent de nous et on finit par se bloquer. 

La sérendipité, n’est-ce pas aussi ce qu’on cherche tous pour être heureux : se perdre puis au détour d’une trouvaille, se trouver soi-même

Pour lâcher prise, pour un peu de gratitude, je t’invite à me dire en commentaire quels ont été récemment tes hasards heureux, tes découvertes inattendues…

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.