J’ai testé 3 déodorants naturels

Publié sur 6 Commentaires 9 min. de lecture

Habituellement, j’aurais adoré écrire dans le titre « j’ai testé pour vous » mais là, on n’est pas dans ce contexte. Ces derniers temps, c’est vraiment pour mes aisselles et moi que j’ai mis plusieurs déodorants naturels sur le banc d’essai. L’histoire, c’est que j’ai utilisé peu de déodorants naturels ou classiques dans ma vie parce que j’avais la chance de ne pas être la cliente cible. Parce que jusqu’à un certain âge, la douche quotidienne (voire les deux en été) me suffisait à sentir bon. Certes, il m’est arrivé d’utiliser des déodorants classiques tels un objet inévitable de l’hygiène, et pourtant, ma transpiration n’avait pas d’odeur. Sauf qu’à l’époque du collège voire jusqu’à la fac, on vit assez mal les auréoles sous les aisselles, c’est presque la honte suprême tandis que soutenances et autres oraux sont des moments propices à ce désagrément. Alors j’ai utilisé des déodorants anti-transpirants, ceux bourrés de trucs merdiques pour empêcher de transpirer et que ça sente mauvais… Puis, j’ai arrêté car avec l’âge, les auréoles ne m’ont plus dérangée, ma transpiration ne sentait pas tellement et puis, je n’ai jamais fait beaucoup de sport donc je le répète, je n’étais pas la cible (je l’avais d’ailleurs déjà mentionné ici). 

Après la naissance de Juliette et d’autant plus après l’arrêt de l’allaitement, ma transpiration s’est mise à sentir assez fort. Ça n’a duré que quelques mois alors j’imagine que j’étais victime de changements hormonaux. Puis en avril 2019, je me suis mise sérieusement au sport. C’est à partir de ces deux faits marquants que j’ai souhaité me renseigner sur les déodorants naturels sur le marché. L’été approchant, partager le bilan de mes tests pourra sans doute rendre service.

Pourquoi les déodorants naturels sont-ils meilleurs pour la santé ?

… Ou pourquoi éviter les déodorants « classiques » ? Quand on pense aux déodorants classiques, on a vite peur des sels d’aluminium. En vrai, les sels d’aluminium sont particulièrement présents dans les anti-transpirants car ils resserrent les pores pour éviter la sudation. Fondamentalement, rien que le concept est mauvais. La peau, les pores, la transpiration, sont là pour une bonne raison. Ils servent entre autres à éliminer les toxines de notre corps. En bref, utiliser un anti-transpirant, c’est comme éviter de sortir les ordures et les garder dans la maison de peur que les autres aient les yeux rivés sur nos poubelles à l’extérieur. Chelou comme concept, non ?

Pour palier à la mauvaise presse des sels d’aluminium, beaucoup de fabricants ont recours à la pierre d’alun… Fausse bonne idée, je dirais ! Il faut savoir pour commencer que la pierre d’alun de synthèse contient de l’aluminium… Son action est de toute façon basée sur le même concept que les sels d’aluminium, son but étant de boucher les glandes sudoripares pour limiter la transpiration. Chacun ses priorités mais au même titre qu’on ne veut pas stopper l’évacuation des toxines par le foie, les reins ou autre organe du même genre, il n’est pas bon de stopper la peau lorsqu’elle veut éjecter les toxines.

Rappelons que ce n’est pas seulement des sels d’aluminium dont il faut avoir peur. D’autres substances chimiques sont présentes dans les déodorants « classiques » telles que les parabènes et autres perturbateurs endocriniens. Ceux-là semblent d’autant plus dangereux lorsqu’on les applique dans une zone proche de la poitrine. 

On peut évoquer aussi les parfums chimiques qui peuvent s’avérer irritant ou encore les phtalates qui, selon certaines études, sont mauvais pour le système hormonal des hommes ou encore les femmes enceintes. 

Concernant les déodorants en spray, j’en ai utilisés étant adolescente mais je n’ai jamais été convaincue : un spray qui diffuse mal ou qui laisse un amas de poudre, une odeur désobligeante ou encore et surtout, cette sensation de respirer la moitié de la substance pulvérisée! Les déodorants en spray sont effectivement bourrés de composés organiques volatiles (COV) donc j’ai vite passé mon chemin sur cette gamme. 

Voilà pourquoi j’ai tenté de trouver des déodorants au sens strict du terme : ils neutralisent les odeurs, un point c’est tout, et laissent couler la transpiration (ils ne sont pas anti-transpirants) ! Après un an, voyons ce que je peux vous dire de quelques marques de déodorants naturels  que j’ai pu essayer au sujet de leur efficacité, leur odeur, leur texture, leur emballage, leur éthique, leur prix…

Déodorants naturels : j’ai testé la marque Agent Nateur

Agent Nateur est une marque de cosmétiques naturelles bio plutôt innovantes et luxueuses créée par une femme atteinte d’endométriose qui voulait les produits les plus sains possibles. Agent Nateur accorde beaucoup d’importance à la qualité et la quantité de ses principes actifs dans chaque produit. Elle propose plusieurs déodorants (6 je crois) dont un est orienté davantage pour les hommes en termes de senteurs (vétiver, cèdre, santal) mais reste tout de même défini comme unisexe. J’avais volontairement choisi le Déodorant Naturel Holi(Stick) sensitive, celui conçu pour les peaux sensibles, et donc sans bicarbonate de soude. Ce dernier peut provoquer des rougeurs, des irritations voire des taches pigmentaires… 

Bon on est sur une marque éco-luxe, donc le prix peut être prohibitif : la marque propose des déodorants de 20 à 28 euros les 50 ml et le mien, le sensitive, est le plus coûteux. 

Côté packaging, on est sur un tube avec une molette pour faire sortir le stick. Le tout est en plastique donc on peut mieux faire… Pour le prix, j’aurais apprécié que l’écriture ne s’efface pas, ah, ah !  

Côté composition, je répète que ce déodorant vegan ne contient pas de bicarbonate de soude mais :

  • du néroli, un bon anti-bactérien qui neutralise les mauvaises odeurs.

  • de l’huile de ricin et de l’huile de tournesol pour protéger et adoucir la peau.

  • de la poudre d’arrow root, dotée de propriétés anti-inflammatoires pour soigner les échauffements et les irritations.

  • de la cire de candelilla qui donne une texture fondante pénétrant facilement la peau. 

J’avoue que sa texture le place en number one dans mon classement. Après le rasage des aisselles, il apaise la peau et agit comme un véritable soin. Moi qui n’avais pas l’habitude d’utiliser un déodorant, celui-ci s’intègre très facilement à ma routine tellement il est agréable. On peut enfiler un t-shirt aussitôt sans crainte de transférer du produit sur le t-shirt. À l’application, je ne ressens pas de sensation d’humidité et bien que ce déodorant ne soit pas anti-transpirant, je trouve qu’il limite jusqu’au soir cette sensation d’humidité sous les bras ! L’épiderme est protégé, hydraté et nourri. Aucune odeur de transpiration ne survient dans la journée. J’apprécie aussi que l’odeur soit discrète bien qu’on perçoive une délicate odeur de néroli, patchouli et bois de cèdre. Comme j’utilise un parfum à la fleur d’oranger, le tout est subtilement bien accordé. 

Vous l’aurez compris, il a la première place sur le podium et je pleure donc son prix !

Déodorants naturels : j’ai testé la marque Les Petits Prödiges

Les Petits Prödiges est une nouvelle marque française fondée par deux jeunes femmes, Camille et Clémentine qui ont pour but de proposer des cosmétiques made in France simples et efficaces, dépourvues de substances toxiques. Aujourd’hui, elles se positionnent sur le marché des baumes multi-usages et des déodorants qui, eux, sont au nombre de 4. Comme chez Agent Nateur, on retrouve un déodorant pour peaux sensibles, sans bicarbonate de soude, recommandé pour les femmes enceintes. Le mien en contient, je possède celui à la fleur de coton. 

Pour le côté Made in France, j’aime cette volonté à développer un tel business en France mais je garde les pieds sur terre : c’est une fabrication en France et donc un assemblage de différents ingrédients provenant d’on ne sait où. 

Côté tarif, ce déodorant Les Petits Prödiges 100 % naturel à la fleur de coton coûte 12,90 euros les 65 g. Comptez un euro de plus pour la version sans bicarbonate. C’est moitié moins cher que chez Agent Nateur et c’est un détail non négligeable !

Je trouve le packaging adorable, notamment celui-ci, avec ses petites fleurs. Gros plus : le tube est en carton 100% recyclable et biodégradable ! Côté manipulation, il faut pousser (comme les glaces pour enfant) et le produit remonte. La texture est presque similaire à celle de chez Agent Nateur : un baume qui fond au contact de la chaleur des aisselles. Un aller-retour sous les aisselles et le produit est appliqué, sans laisser de sensation d’humidité. Le bémol : il aurait tendance à s’émietter un tout petit peu (peut-être la présence de bicarbonate de soude?) et à laisser un très léger fini blanc sur la peau mais rien à voir par exemple avec la poudre blanche laissée par le déodorant poudre de la marque Comme Avant… J’insiste sur les superlatifs car c’est vraiment pour chipoter! 

Détails de la composition : 

  • Poudre d’Arrow Root pour absorber l’humidité et donner un toucher doux et soyeux au produit et ainsi soulager les irritations. 
  • Huile de Tournesol, Huile de Noix de Coco, Cire de Carnauba, Beurre de Karité, Cire de Candelilla : toutes ces substances vont, je présume, adoucir, nourrir et protéger la peau tout en donnant une texture fondante au produit.
  • Bicarbonate de Sodium absorbe les mauvaises odeurs. 
  • Hydroxyde de magnésium, Parfum 100% d’origine naturelle, Huile Essentielle de Lavandin,
  • Vitamine E : elle évite en particulier le rancissement des huiles et cires végétales. 
  • Sans Aluminium – sans Conservateur – sans Parabène – sans Propylène – sans Glycol – sans Phtalates.

Je suis fan de l’odeur de ce déodorant Les Petits Prödiges qui m’inspire une odeur de « propre » et jusqu’au soir, aucune odeur de transpiration n’est passée au-dessus cette odeur de propre. Toutes ses qualités alliées à un prix acceptable me feront sûrement revenir vers celui-ci en premier lorsque je n’aurai plus rien à la maison.

Déodorants naturels : j’ai testé la marque respire

J’ai découvert la marque respire sur m6 dans l’émission où des petits entrepreneurs viennent vanter leur projet pour récolter des financements auprès de gros entrepreneurs… La créatrice est une jeune femme sportive, Justine, à qui on avait détecté une tumeur bénigne à la poitrine et qu’on a alertée sur l’utilisation des déodorants chimiques « classiques ». N’ayant pas trouvé son bonheur en termes d’efficacité, de praticité et de tarif dans le marché des déodorants naturels existants, elle a décidé de le fabriquer. Est née la marque respire dont la gamme s’est étendue à d’autres produits cosmétiques tels que les crèmes solaires, les savons… La marque made in France est maintenant distribuée chez Sephora

Côté tarifs, on appréciera que ce soit des déodorants abordables : 9,90 euros les 50 ml soit sensiblement le même tarif que Les Petits Prödiges. 

L’emballage est en plastique recyclable et recyclé mais aussi rechargeable. On peut se procurer une bouteille (plastique) de 150 ml de produit pour recharger son déodorant. Pourquoi pas mais la bouteille étant elle-même en plastique, c’est un peu mieux du fait de son volume mais je trouve que c’est à parfaire. De plus, la marque propose des formats voyage de 15 ml. C’est pratique mais c’est contraire à leurs démarches sur les emballages. Pour l’application, le tube est muni d’une bille. 

Côté composition : 

– Romarin : anti-odeurs, pour rester frais toute la journée

– Aloe vera : hydratant, pour protéger la peau

– Fleur de souci : anti-irritation, pour apaiser la peau

– Fleur d’oranger : parfum ensoleillé, aux notes fraîches et florales…

Je n’ai pas aimé la texture et le mode d’application avec cette bille. Je pense qu’il s’agit clairement d’une histoire de goûts et pour ma part, je me suis faite à la texture baume qui fond sur la peau et je n’ai alors pas du tout apprécié la sensation d’humidité en appliquant ceux de cette marque respire. À savoir que les déodorants sont tout à fait efficaces et ne m’ont pas laissé de sensation d’irritation et donc, mon amoureux et moi finirons ces produits. En revanche, je ne rachèterai plus car le confort à l’application est pour moi un élément essentiel pour appliquer un produit cosmétique. 

Par ailleurs, j’ai trouvé les trois odeurs agréables. 

Et vous, utilisez-vous des déodorants naturels ou bien vous ne vous souciez pas de cela ?

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires
  • Neskuik16
    juin 17, 2020

    Coucou justine, je vais tester prochainement les deodorants native qui sont apparement top mais trouvable que sur internet (marque US). Hâte de les essayer.

    • Justine
      juin 25, 2020

      Coucou
      tu nous en diras des nouvelles alors ;)

  • Sonia
    juin 17, 2020

    Bonjour,
    Moi j’utilise depuis un moment les Schmidt celui au citron avec du bicarbonate est mon préféré.
    Et j’ai découvert depuis peu et je l’apprécie beaucoup ce de chez Ben&Anna au citron aussi et bicarbonate (même principe que les petit prodoges)

    • Justine
      juin 25, 2020

      Salut Sonia et merci pour tes références!

      bises

  • Marion
    juin 18, 2020

    Bonjour Justine,

    J’utilise aussi des deos naturels. Comme toi je souhaite juste éviter les odeurs de transpiration tout en utilisant un produit sain.
    J’ai testé beaucoup de deo en 7 ans parce que de nombreuses marques se sont engouffrées sur ce créneau. Il y a eu de sacré progrès!
    J’avais acheté Respire à sa sortie pour tester car j’en voyais là pub par beaucoup d’influenceurs « sport »(comme toi je n’aime pas l’application et il est clairement pas efficace sur moi : autant s’appliquer de l’eau sur les aisselles!) et Agent Nateur qui est bien mais pas aussi efficace que d’autres.
    j’alterne entre les deos Schmidt’s et ceux de chez Clémence et Vivien. C’est pour moi les 2 meilleurs : texture et efficacité.

    A bientôt,
    Marion

    • Justine
      juin 25, 2020

      Salut Marion,

      merci pour ton partage, je jetterai un œil ! bises

      Justine