. Juliette a 3 mois - Bien dans sa peau

Juliette a 3 mois

mercredi, novembre 7, 2018 8 Permalink 1

3 mois de toi, 3 mois de nous ! Un papa, une maman, un petit garçon et toi, ma fille. Ma Juliette, ma petite fée, ma luciole.

J’aspirais à vous parler de l’évolution de Juliette chaque mois sur le blog mais toi-même tu sais si tu es parent, le temps passe toujours plus vite quand on a des enfants. Qui plus est, le premier mois de bébé se résume assez vite : chacun prend ses marques à la maison entre les visites de l’entourage qui vient découvrir le rejeton. Les parents, aussi éreintés qu’émerveillés, tentent d’établir une organisation digne de ce nom, entre ce bébé tout neuf et l’aîné surexcité, qui cherche à se faire remarquer… C’est compliqué de manger chaud, c’est difficile de faire tomber le pyjama et un challenge d’avoir une maison propre! Mais le bonheur est là car la vie est belle en famille !

C’est le flou artistique dans la maison de jeunes parents tout comme ça peut l’être dans la tête d’une jeune maman. Oui, cette bonne vieille chute d’hormones, je l’ai eue et je crois l’avoir encore aujourd’hui, 3 mois après la naissance de Juliette… Disons que je suis capable de verser une larme à la simple idée que je ne suis plus enceinte et ne le serai sûrement plus jamais. J’imagine que ça passera… Ce qui est troublant, c’est aussi de constater comme il se crée une relation toute particulière avec le cadet. Bien évidemment avec l’aîné aussi et l’amour est aussi fort pour l’un comme pour l’autre, mais l’ambiance est différente. Le premier bébé, et bien c’est le premier, on découvre, on profite à fond parce qu’on n’a que lui et c’est génial. Cette nouveauté peut aussi susciter des appréhensions. Il faut apprendre à se connaitre, c’est fragile, on cogite sur le comment faire et faire bien, quoi acheter, comment s’en servir…

Le second bébé, on a le matériel de puériculture et tout roule côté technique. En parallèle, on sait qu’il est primordial de profiter de chaque instant avec ce bébé car on a vu les années de l’aîné défiler à toute allure… De ce fait, je pourrais passer des heures à observer Juliette sauf que Pierre nous sollicite beaucoup pour ses nouvelles acquisitions… Et c’est bien normal mais bref, l’ambiance est différente.

Si on doit parler rapidement de moi, de ces 3 mois de maman, je ne peux éviter de parler de fatigue, c’est sûr. À notre retour de la maternité, Pierre s’est montré surexcité, bienveillant avec sa sœur, mais avec un énorme besoin de se faire remarquer, ostensiblement. Je dirais d’ailleurs que ce comportement persiste : il a tendance à se comporter en enfant unique si nous sommes en plein rituel (celui du soir par exemple orchestré par repas, douche, pipi, histoire, dodo)… Disons qu’à 3 ans, cet attachement aux rituels ne m’inquiète pas et j’essaye, en douceur, de le rendre de plus en plus autonome… Et croyez-moi, cette étape de l’éducation, c’est l’école de la patience pour un parent ! Juliette est née la première semaine d’août et Pierre a été propre, de jour comme de nuit, la semaine de la rentrée. Comme cette nouvelle acquisition n’est jamais parfaite du jour au lendemain, septembre et octobre ont été mouvementés côté serpillère et lessives (on reparlera davantage propreté dans un prochain article) alors avec bébé au sein, j’ai fini sur les rotules plus d’une fois !

Puisqu’on parle de seins, oui, Juliette est toujours allaitée, exclusivement. Je n’ai pas de date de sevrage et n’ai pas envie d’en fixer une. Toutes les deux, on voit cela au jour le jour. C’est beau, c’est doux, c’est fusionnel et tout cela lui profite bien puisque mademoiselle mesurait déjà 61 cm à 2 mois, comme son frère ! À 3 mois, elle alterne entre des vêtements de taille 3 mois et 6 mois. Considérant que c’est certainement le dernier enfant que j’allaiterai, je profite précieusement de ces moments-là, ceux où elle s’endort repue grâce à moi, ceux où elle plonge son regard dans le mien, ceux où elle accroche mon haut… L’après promet d’être si nostalgique que je ne veux pas y penser. Son besoin de succion est très important et comme elle commence à avoir conscience de ses membres, elle aime téter ses poings.

Bien qu’elle fait toujours ses tétées en grappe de 19 h à 21h30, le reste de la journée elle se cale à boire toutes les 3 ou 4 heures. Elle fait ses nuits depuis ses 2 mois, en s’endormant aux alentours de 21h45 pour se réveiller entre 5h45 et 7h15 le lendemain, ce qui est très satisfaisant pour préserver mon sommeil. À deux mois et demi environ, on s’est senti de supprimer le couffin de la chambre parentale pour la faire dormir dans son lit.

Côté corvées ménagères ajoutées par la présence de Juliette, je dirais les lessives ! Chaque jour, je détache un body et son petit vêtement tachés par « des selles explosives », choses que Pierre ne m’a fait que très rarement à cet âge-là. Qui a dit que les filles étaient des princesses ? Parce que je peux vous dire que ma Juliette, c’est pas des paillettes qu’elle nous fait. Pour ne pas faire peur aux gens qui n’ont pas d’enfant, sachez que les selles au lait maternel ne sente rien !

portage

Juliette est un nourrisson qui adore être porté, pas forcément pour être contenu mais surtout pour être réchauffée, rassurée et promenée! Le porte-bébé sling (marque Colimaçon) s’avère être mon meilleur allié depuis 3 mois, notamment si je souhaite partir marcher pour ma forme! Effectivement, Mademoiselle Juliette réclame beaucoup à être câlinée et adore que son porteur se balade. En soirée, elle peut se mettre à hurler pour peu qu’on ait le malheur de s’assoir dans le canapé, Mademoiselle veut voir le paysage varier ! En outre, je n’ai jamais vu un bébé si câlinou. Il n’y a pas seulement le sein de maman qui la calme mais aussi les bras de son papa… Aussi, elle a très tôt répondu à nos sourires par le sien, s’en suivant des « areu » me faisant penser à un pigeon qui roucoule ! Je préfère d’ailleurs ce bruit de volatile comparé aux bruits de chouette qu’elle nous faisait la nuit le premier mois !

Je suis aussi surprise de la force qu’elle décuple déjà pour redresser sa tête ! Toujours cette volonté d’explorer le monde !

Je réserve la poussette pour les endroits où je vais avoir besoin de la poser pour me servir de mes mains (exemple :  mon rendez-vous chez le coiffeur). Ce véhicule ne lui déplait pas à condition qu’elle se soit endormie.

En parallèle de la fatigue, depuis la naissance de Juliette, je n’ai cessé de me sentir chanceuse. Rien qu’en me disant « j’ai un garçon et une fille (le choix du roi), tous deux magnifiques et en bonne santé », j’ai du baume au cœur pour la journée et je me dis que j’ai de la chance et que la vie est merveilleuse et cui-cui les petits oiseaux! Une histoire de chute d’hormones encore vous croyez ? Quoi qu’il en soit, avec de gros cernes sous les yeux mais pleine de gratitude, je peux vous dire que ces 3 premiers mois avec Juliette ont été, chaque jour, une belle aventure et je suis ravie de la continuer tous ensemble !

Et toi, comment se sont passés les 3 premiers mois de ton(tes) bébé(s) ? Te reconnais-tu dans mon texte ci-avant ?

✰✰✰

8 Commentaires
  • Lorna
    novembre 8, 2018

    Coucou Justine ! C’est un très joli article sur les trois mois passés avec ta petite Juliette. C’est vrai qu’on doit toujours se rappeler qu’on est très chanceuse d’avoir nos petits bouts en bonne santé, c’est si précieux.

    Groses bises

  • Magali68
    novembre 8, 2018

    Coucou Justine, Pierre, Juliette et le papa ;-)

    Mon fils a beau avoir 17 ans presque 18 et je suis toujours nostalgique de cette époque si bénie.
    La vie a voulue qu’hélas je n’ai qu’un enfant et c’est précieusement que j’ai voulu garder ses moments.
    Thomas était (et est toujours) un enfant, calme, doux qu’on pouvait trimballer de partout, on a été de mariage alors qu’il avait 2 mois et rien ni la musique, les gens, rien de l’a déranger.
    Je te souhaite de doux moments avec tes pioupious et je pense que pour l’allaitement c’est Juliette qui décidera.
    Des bisous.

  • Kate
    novembre 10, 2018

    Très jolie recit de ton ressenti et de ces moments passés. Beaucoup de points communs et de souvenirs pour moi qui ai aussi un garçon en 1er et une fille en second 2ans d écart mais aussi un petit 3ème désiré surtout par mon mari à l époque. Moi j etais partagé surtout par le fait d avoir 3 enfants alors que ça se passait si bien avec les 2 1er mais l idée d être enceinte et de revivre tous ces merveilleux moments m a fait céder. Tt s est bien passé et j ai donc eu un garçon en 3eme j ai profité à fond des 3 malgré un peu plus de difficultés. La chance que l on a c’est surtout de passer autant de temps avec nos enfants quand on peut se permettre d être à la maison. J ai beaucoup de peine pour les mamans contrainte de reprendre le travail que ce soit pour elle comme pour le bébé. Continue de bien profiter de ces moments malgré la fatigue et tt le reste et de faire en sorte qu ils soient proches et complices plus tard ça comptait énormément pour moi. Bisous Kate

    • Justine
      novembre 10, 2018

      Bonjour Katia, félicitations pour tes 3 enfants et merci pour ton témoignage.
      Petite correction néanmoins : je ne suis pas mère au foyer, je travaille de la maison, je suis travailleur indépendant et avec un autre boulot de la maison pour autre boîte. Depuis que j’ai Juliette, je gère l’administration de mon blog en nocturne !
      Bises
      Justine

  • Kate
    novembre 11, 2018

    Oui très bien mais c est quand même plus facile de profiter de ses enfants en étant chez soi même si ça demande aussi une sacrée organisation. Moi je n ai pas travaillé quelques années puis quand j ai repris ce fût très difficile car absente toute la journée avec tt à faire en rentrant plus soucis boulot etc… C est pas la même attention envers eux. Je me dis qu heureusement que j ai pu les voir grandir leurs premières années. Bonne continuation et courage les enfants sont très prenant à ces âges là mais ça ira beaucoup mieux quand Juliette sera autonome et ton Pierre plus grand. Bisous

    • Justine
      novembre 15, 2018

      Bonsoir Kate. Disons que je mettrais le facile entre guillemets. C’est facile de profiter de ses enfants en étant chez soi mais en travaillant de chez soi, c’est plus difficile.

  • Hachmia
    novembre 18, 2018

    Bonjour Justine,
    Je me retrouve tellement dans cet article car comme vous, j’ai un garçon de 3 ans qui est rentré à l’école cette année, et comme vous, j’ai un bébé de 3 mois qui est né le 6 août 2018, à la différence que c’est un second garçon :-). Je l’allaite également, et alors que ce second garçon est un ange que nous n’entendons jamais, mon premier est soudain devenu plus difficile à gérer. Votre partage d’expérience est donc très intéressant!! Bonne continuation à vous
    Hachmia

    • Justine
      novembre 18, 2018

      Bonjour Hachmia ! C’esy sûr qu’on constate vite qu’un bébé, c’est finalement facile à gérer et pour mener sa vie « comme avant ». Quand tu as un autre enfant qui marche et à soif de découvrir la vie, c’est une autre histoire !! bon courage et n’hesite à partager cet article s’il t’a plu ! Bises

Répondre / Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.